Effets bénéfiques des polyphénols et de leurs métabolites dans un régime enrichi en baies chez le rat hypertendu

De Life Sciences UPSaclay

 

Dans une étude publiée dans Nutrients, Catherine Brenner, Carole Oudot (UMR-S 1180 INSERM/UPSud, Faculté de Pharmacie, Châtenay-Malabry) et leurs collaborateurs portugais dont le Dr Cláudia Nunes dos Santos ont étudié la métabolisation de polyphénols et le rôle du microbiote en relation avec le développement de l’hypertension chez des rats recevant une nourriture enrichie en sel. En effet, les régimes riches en polyphénols sont associés à une réduction réduite de l'incidence des troubles cardiovasculaires. Bien que l'absorption et le métabolisme des polyphénols aient été décrits, il n'était pas clair comment leur devenir métabolique pouvait être affecté dans des conditions pathologiques.

 

Les chercheurs ont évalué le devenir métabolique des polyphénols de baies dans un modèle in vivo d'hypertension ainsi que la réponse microbiotique associée. Les rats Dahl sensibles au sel ont été nourris soit avec un régime faible en sel (0,26 % de NaCl), soit avec un régime riche en sel (8 % de NaCl), avec ou sans mélange de baies (mûres, framboises, camarine du Portugal et fraises) pendant 9 semaines. Le régime enrichi en sel a favorisé une augmentation de l'excrétion urinaire des métabolites polyphénoliques des baies, tandis que l'abondance de ces métabolites a diminué dans les fèces, comme l’a révélé l’analyse UPLC-MS/MS. De plus, la composition du microbiote intestinal modulé en sel et en baies a été déterminée par analyse de l'ARNr 16S. Certains changements dans la composition du microbiote ont été associés au régime alimentaire riche en sel et ont révélé une expansion des familles Proteobacteria et Erysipelotrichaceae. Toutefois, cet effet a été atténué par la supplémentation alimentaire en baies. Des altérations du devenir métabolique des polyphénols surviennent parallèlement à la modulation du microbiote intestinal chez les rats hypertendus.

Ainsi, les effets bénéfiques des polyphénols pourraient être liés à ces modifications interdépendantes, entre les métabolites et les environnements microbiotiques.

Cette étude internationale a été financée par l’ANR (ANR-13-ISV1-0001-01) et la FCT (FCTANR/BEX- BCM/0001/2013).


Lire l'article

Contact : catherine.brenner @ u-psud.fr