Les phosphodiestérases au cœur des microdomaines de signalisation vasculaire

From  Life Sciences UPSaclay

 

Les phosphodiestérases (PDEs, large famille d’enzymes regroupant plus de 100 isoformes dégradant les nucléotides cycliques, AMPc et/ou GMPc) jouent un rôle clé dans le contrôle des concentrations intracellulaires en nucléotides cycliques. Une équipe de l’UMR-S1180 (« Signalisation et physiopathologie cardiovascuaire » ; INSERM/UPSud, Châtenay-Malabry) s’intéresse au rôle différentiel des familles de PDEs dans la restriction de la diffusion des nucléotides cycliques dans le cytosol.

 

Dans un article publié dans le British Journal of Pharmacology, ils ont évalué le rôle respectif des PDE1, PDE5 et PDE9 dans le contrôle des concentrations intracellulaires en AMPc et/ou GMPc, mesurées in situ par imagerie de FRET dans les cellules musculaires lisses d’aorte de rat, et dans le contrôle à plus long terme de la prolifération de ces cellules. Ainsi, les auteurs ont montré que les PDE1, PDE5 et PDE9 exercent un rôle différentiel dans le contrôle des concentrations de GMPc produit suite à l’activation de la guanylate cyclase soluble (GCs) en réponse au monoxyde d’azote (NO), ou suite à l’activation des guanylate cyclases membranaires, NPR-A et NPR-B (récepteur aux peptides natriurétiques) en réponse à l’ANP ou au CNP, respectivement. Globalement, ces résultats démontrent un rôle coopératif plutôt que redondant des PDEs dans le contrôle local des pools de GMPc vasculaire, renforçant le rôle des PDEs comme acteurs importants dans la délimitation de microdomaines subcellulaires de signalisation.

Ce travail a fait l'objet de la thèse de doctorat de Liang Zhang, financée par le China Scholarship Council.


Lire l'article

Contact : veronique.leblais @ u-psud.fr