Récents progrès dans les stratégies de vectorisation de l'amphotéricine B pour le traitement des leishmanioses

De Life Sciences UPSaclay
 

Parmi les médicaments en usage clinique pour le traitement des leishmanioses, l'amphotéricine B (AmB) est la molécule la plus active et a été la plus étudiée pour le développement de systèmes de vectorisation visant à diminuer sa toxicité.

 

Ainsi, l'amphotericine B liposomale (AmBisome®) représente actuellement la meilleure option thérapeutique, cependant son efficacité clinique dépend du statut immunologique du patient et de la région d'endémie. Par ailleurs, son administration parentérale, ses effets secondaires et son coût élevé en limitent l'utilisation dans les pays en développement. Dans une revue publiée dans Expert Opinion on Drug Delivery, Philippe Loiseau (UMR8076 CNRS/UPSud, Faculté de Pharmacie, Châtenay-Malabry) présente une actualisation des stratégies nouvelles de vectorisation pour l'AmB sur les cinq dernières années, ainsi qu'une sélection critique des concepts émergents et des approches les plus prometteuses, basées sur des données d'activités précliniques et de toxicité. La faisabilité de libération de l'AmB par voies orale et topique a été démontrée sur des modèles animaux de leishmaniose, notamment via des nanovecteurs ciblant des ligands spécifiques et/ou des composants immunomodulateurs.

Il reste à démontrer chez l'homme, la pertinence clinique de ces approches en terme d'efficacité, de toxicité et de coût pour une production industrielle à large échelle.

Lire l'article

Contact : philippe.loiseau @ u-psud.fr