Les acides gras à chaîne courte sériques limitent l'effet anti-tumoral du blocage de CTLA-4 chez des hôtes atteints de cancer

From www.nature.com

 

La composition du microbiote intestinal a été montrée comme pouvant moduler l'efficacité des traitements d’immunothérapie anti-tumorale, mais les mécanismes sous-jacents à cette relation restent flous. Dans un travail publié ce mois-ci dans Nature CommunicationsClélia Coutzac, Nathalie Chaput et leurs collaborateurs du Laboratoire d’Immunomonitoring en Oncologie (INSERM/CNRS/Institut Gustave Roussy, Villejuif, et Faculté de Pharmacie, UPSaclay, Chatenay-Malabry) montrent que certains acides gras à chaîne courte (SCFA), générés par la fermentation bactérienne, augmentent la tolérance immunitaire, ce qui entraîne une résistance aux anticorps monoclonaux ciblant et bloquant CTLA-4 (anti-CTLA-4) chez des souris porteuses d’un cancer et des patients atteints d'un mélanome métastatique. Deux SCFA, le butyrate et le propionate, retrouvés en concentration élevée dans le sérum semblent impliqués dans la diminution de l’efficacité thérapeutique de l’anti-CTLA-4.

 

Cette étude fournit une vision nouvelle sur la relation entre la composition du microbiote intestinal et la réponse clinique aux immunothérapies anti-tumorales par l'intermédiaire de métabolites dérivés du microbiote.

 

Lire l'article

 

Contact : nathalie.chaput @ guastaveroussy.fr ou clelia.coutzac @ lyon.unicancer.fr