SIRT1 protège le cœur des dommages causés par le stress du réticulum endoplasmique en favorisant l'autophagie

From www.mdpi.com  

 

Le stress du réticulum endoplasmique (stress RE), qui est induit en réponse aux perturbations du fonctionnement correct du RE, est reconnu comme un mécanisme impliqué dans le développement de la majorité des pathologies cardiaques. Lorsqu’il est modéré, ce stress RE est considéré comme bénéfique pour le cœur et s’oppose au développement de la pathologie cardiaque, notamment en induisant l’autophagie, un processus catabolique lysosomal qui dégrade et recycle les constituants cellulaires et les organites dysfonctionnels. Néanmoins, lorsqu’il est sévère ou chronique ce stress RE induit une réponse délétère qui favorise le développement de la maladie cardiaque, notamment en induisant l’apoptose. L’objectif actuel des recherches dans le domaine des pathologies cardiaques associées au stress RE n’est donc pas d’inhiber la réponse au stress RE mais plutôt de la moduler, de manière à conserver les réponses adaptatives bénéfiques tout en limitant la survenue de l’apoptose délétère. Il apparait donc important d’identifier de nouveaux régulateurs de la réponse au stress RE dans le cœur.

 

Dans ce contexte, Christophe Lemaire et ses collègues du Laboratoire de Signalisation et Physiopathologie Cardiovasculaire (UMR-S 1180 Inserm/Université Paris-Saclay, Faculté de Pharmacie, LabEx LERMIT, Châtenay-Malabry) ont montré précédemment que la désacétylase Sirtuine 1 (SIRT1) module la réponse au stress RE, via la régulation du niveau d’acétylation de la protéine eIF2α, diminue l’apoptose et protège le coeur d’un stress RE sévère (voir notre précédente info SdV). Dans une étude récente parue dans Cells, ils montrent qu’en réponse au stress RE, l’activation de l’autophagie/mitophagie est cardioprotectrice et limite la survenue de l’apoptose. SIRT1, en activant la voie eEF2K/eEF2 de manière dépendante d’eIF2α, favorise l’autophagie/mitophagie, limite l’apoptose et protège le cœur du stress RE sévère.

 

Ces travaux suggèrent que la stimulation de l’activité pro-autophagique de SIRT1 est une stratégie thérapeutique potentielle pour limiter le développement de pathologies cardiaques associées au stress RE.

 

Lire l'article

Contact : christophe.lemaire @ universite-paris-saclay.fr